logo france relance Transformation numérique des collectivités territoriales →

Investigation

En cours
Mettre en oeuvre une plateforme solidaire de distribution de paniers alimentaires
  • Saint-Ouen-sur-Seine
Léa Martel
Coach PNI
2021-05-03

Fiche Problème

Initialement, l’investigation menée visait à améliorer la distribution des paniers alimentaires sur la Ville de Saint-Ouen en optimisant la coordination entre les associations tout en garantissant l’anonymat et en préservant la dignité des personnes concernées.
 

Au départ, des hypothèses de problèmes...

  • Les changement de lieux et l'irrégularité des distributions de paniers alimentaires par les associations empêchent les bénéficiaires d'avoir une visibilité sur l'aide alimentaire qu'ils peuvent obtenir
  • Les bénéficiaires de l’aide alimentaire sont parfois réticents à se rendre sur les distributions par souci d’anonymat et de discrétion

…qui se sont avérées totalement fausses !

Suite aux nombreux entretiens menés sur le terrain auprès de bénévoles d’associations et de bénéficiaires, le vrai problème est apparu sous un autre angle.
 
=> Les bénéficiaires de l’aide alimentaire n’ont pas de difficultés à accéder aux distributions car les associations ondoniennes font un travail remarquable pour subvenir aux besoins des personnes concernées. 
=> Par ailleurs, l’anonymat n’apparaît pas comme une préoccupation majeure des personnes rencontrées (principalement des personnes sans-papiers et des femmes seules avec enfants vivant au sein des foyers du 115) qui sont dans une situation de précarité extrême qui les pousse plutôt à être connue comme personne en difficulté pour obtenir l’aide dont elles ont besoin. 
 

Le problème réel

=> Les bénéficiaires de l’aide alimentaire ont en revanche d’autres besoins, principalement un fort besoin d’accompagnement, d’assistance et de soutien en matière administrative. 
  • Les personnes de nationalité française ou avec un titre de séjour, ayant accès à une assistante sociale, souligne que le suivi n’est pas optimal et qu’ils ne se sentent pas accompagnés sur leurs démarches administratives. Ce qui par exemple, ne leur permet pas d’accéder à l’ensemble des aides de l’Etat auxquelles ils pourraient prétendre.
  • Les personnes sans-papiers, qui n’ont donc pas accès à une assistante sociale, ont également un grand besoin d’accompagnement, notamment concernant la constitution de dossiers pour « les demandes de papiers » auprès de la préfecture. En effet, les process sont très complexes et les procédures très longues. De manière évidente, l’obtention de « papiers » est une étape incontournable pour leur permettre de sortir d’une situation d’assistance (possibilité de travailler de manière légale notamment).
 
Il est donc apparu que le problème réel des personnes interviewées est de trouver les ressources et l’aide nécessaire pour sortir de leur situation de précarité et d’extrême pauvreté. 
 

La solution envisagée

La création d’un « guichet unique » permettant :
  • d’écouter et d’accompagner de manière humaine des personnes aux parcours de vie difficiles,
  • d’aider à la constitution et au suivi des démarches administratives des personnes en situation de grande précarité
  • d’instaurer une vraie coordination entre les différents acteurs, services institutionnels et associations.