logo france relance Transformation numérique des collectivités territoriales →

Investigation

En cours
Préfigurer un outil de démocratie implicative
  • Les Mureaux
2021-05-04

Fiche Problème

Un outil de démocratie implicative avec une mesure d’indice du bonheur des muriautins.

I) Quel est le problème que vous avez identifié ?

- En tant qu’habitant, j’ai l’impression que mes besoins ne sont pas pris en compte par la mairie.

- ET/OU En tant qu’habitant, je ne sais pas comment faire valoir mes besoins ou mes idées auprès de la mairie

- ET/OU En tant qu’habitant, j’ai le sentiment de n’avoir aucune prise sur ce qui se passe dans ma commune


II) Qui est concerné par ce problème ?

Tous les habitants doivent bénéficier de la démocratie implicative. Mais on cible en particulier certains profils d’usagers : 

- Eviter le phénomène « tout le temps les mêmes ». Une large part des habitants ne s’exprime pas « invisibles ».

- En tant qu’habitant émettant des reproches ou suggestion, je suis frustré car malgré mes plaintes à la mairie ou auprès des élus, je ne comprends pas pourquoi aucune solution n’est apportée à mon problème.

• Identifier des catégories d’habitants concrètes. Premier fléchage de l’atelier élus-agents + comité boussole : talents muriautins, commerçants, jeunes, associations, petite enfance (reprendre les listes).

• Identifier les invisibles. Pistes de l’atelier agents : foyers, non-francophones, timides

• Comment mesurer le nombre d’usagers impactés : partir sur la base du nombre d’habitants de la ville

III) Quel est le préjudice (conséquences) du problème pour les usagers ?


Les préjudices 
-
Sentiment d’impuissance de la population qui ne parvient pas à faire valoir ses besoins

- La persistance, voire l’aggravation des problèmes qui ne sont pas pris en compte par la mairie


Quels sont les problèmes concrets ? A déterminer sur le terrain.

Les faits
- Le mécontentement des habitants (ressenti des élus + contenu des entretiens ?)

- L’abstention aux élections aux Municipales : 57% d’abstention aux Municipales 2014 (France : 36%), 68% aux Municipales 2020 (France : 58%).

- Une partie de la population n’est pas inscrite sur les listes électorales, et doit donc pouvoir s’exprimer à d’autres occasions que dans les urnes

- Taux de participation aux réunions publiques, de réponse aux sondages ?

- Lorsque les gens veulent s’impliquer, comment les associer ? (ex récent sondage parc aux enfants) 

Répétition du problème
Problèmes du quotidien des habitants

IV) Quelles sont les principales causes du problème ?

  • Les gens ne voient pas le bénéfice qu’il y a à s’impliquer : les « invisibles » échappent aux radars et les « râleurs » se reposent sur les élus
  • Les gens manquent d’information sur les dispositifs, sur les enjeux de la ville…
  • Les gens s’autocensurent (manque de légitimité supposée pour prendre la parole)

V) Pourquoi le problème vous semble-t-il actionnable ?

  • Si tous les habitants doivent bénéficier de la démocratie implicative, nous pouvons cibler en priorité les usagers qui veulent s’impliquer.
  • Certains thèmes peuvent être abordés en priorité car ils concernant une majorité d’habitants au quotidien, possibilité de résoudre une difficulté rapidement et à bas coût.

Thèmes d’implication à déterminer en comité boussole. Pistes de l’atelier élus-agents : la propreté, la rénovation urbaine, la culture et les évènements, les faits de société

Conscientisation
- Les habitants ont conscience de problèmes, car ils se plaignent à la mairie. Mais ils ne savant pas quoi faire pour déboucher sur une solution concrète.

- A travers la démocratie implicative, nous voulons opérer une prise de conscience pour que les habitants s’impliquent, nous accompagne dans la recherche de solutions.

- Responsabiliser les habitants en cas de demandes contradictoires et sur les dépenses (ex : piétonisation, incivilités, propreté…)

VI) Comment allez-vous tester vos hypothèses problèmes ?


Les hypothèses de la démocratie implicative
-
Il existe des besoins chez les habitants que la mairie ne parvient pas à identifier, et qui pourraient être mieux évalués avec l’indice du bonheur. 

- Une partie des problèmes peuvent être résolus par une prise de conscience et un changement de comportement des habitants (« s’impliquer » pour garder son quartier propre, limiter les incivilités…)

- La citoyenneté sera renforcée si la mairie parvient à donner la parole aux « invisibles », et à prendre en compte l’avis de ceux qui s’expriment déjà

Trouver les usagers et entrer en contact : à définir en comité boussole (piste des marchés)

 

VII) Quelle serait la finalité de votre solution ?

- Permettre aux habitants de faire remonter leurs problèmes via l’indice du bonheur

- Faire preuve de réactivité, en ajustant les politiques municipales aux besoins mis en lumière par l’indice du bonheur

- Inviter les habitants à s’investir en changeant certains comportements problématiques

- Donner plus de poids aux habitants avec des outils implicatifs encore à définir.